JJ et les baleines : une grande histoire.

Si on revenait un peu en arrière sur l’histoire des baleines veux-tu ?

On est le 24 juin 2018, à Cape Town, il est 8h du matin. Un dimanche tout particulier. Le samedi soir avait été très calme, par rapport aux autres. Et pour cause : ce jour était un grand jour, on allait voir des baleines !

Alors je te passe les détails de la femme de la location de voiture qui refuse des cartes bancaires suisses (c’est un peu con, mais bon, elle savait pas peut être…)

Je te passe aussi la bonne ambiance dans les voitures, (oui oui, les, on est 10 à être partis tout content d’aller voir Moby Dick et ses copines! Donc il faut bien 2 voitures)

Je te passe aussi les détails sur le GPS qui nous amène dans les Township.

J’ai pas envie de t’épargner le petit déjeuner qu’on a pris une fois là bas :

 

Et oui, ça a l’air bon ! Que je te rassure c’était bon ! C’était si tu veux tout savoir !

 

Bref, pause petit déjeuner passée, on se rapproche de l’eau on voit pas de bateaux : Mmmmh. Tu le sens la couille dans le potage ? Bah oui… On est dimanche. Y’a pas de sortie le dimanche. Et en plus y’a des vagues au large, parce qu’il y a une tempête qui arrive. Alors encore moins de bateaux. C’est con. Mais apparemment, on peut les voir depuis les rochers. Donc, on fonce et on s’installe. Tranquille.

Et on attend. Beaucoup. Longtemps. Sans rien voir.

Du coup on fait des jolies photos de l’endroit :

Puis de nous aussi :

Puis au bout d’un moment, JJ joue à cache cache et essaie de se confondre avec les rochers.. Peut être que les baleines sont timides ?

Mais ça ne fonctionne pas. Pas moyen, les baleines ne sont pas là.

Et j’ai rencontré quelqu’un pendant ma partie de cache cache qui me dit : « ici la mer est un peu agitée, peut être que vous devriez traverser et aller à De Kelders, on les voit mieux de là bas ! »

 

Bon, j’prends encore 5 minutes de solitude qui font plaisir, pis je cours annoncer la nouvelle ! Et on repart dans nos petites voitures, et on file. Et le temps se couvre. Ouh tu la sens la déception ?

Eh oui, comme tu le vois, c’est encore plus tempête ici… Pour voir Monstro ça ne sera pas pour cette fois (si quelqu’un trouve la référence sans chercher sur internet, je l’aime de tout mon petit coeur)

Mais Hermanus est très sympa. Et si t’es comme moi, et que tu aimes bien sortir de CPT parce qu’enfin tu vas pouvoir prendre du temps pour toi, te balader sans regarder derrière toi ou te méfier, cette pause fait vraiment du bien ! (Pis, y’a l’océan aussi… Fallait-il le préciser ? Puis tu y vas avec des personnes qui sont devenus comme ta seule famille là bas. C’est vrai ça, c’est bien la solitude, mais partager ça avec eux fait parti d’un de mes plus beaux souvenirs là bas en vrai.)

Faute de baleine, on a vu ça :

Donc au revoir Cape Town, Hermanus et South Africa !

 

Et let’s go to Canada pour te raconter la prochaine aventure avec Willy !

 

Bon ! J’veux pas annoncer la couleur dès le début… Mais quand même j’vais un peu teaser le truc : depuis le 24 août, tous les gens que j’ai rencontré et qui sont allés voir des baleines en ont vu… Suspense, est ce que JJ et cie les ont vu ?… 

« Monseignor… il est huit or… gouzi gouzi gouzi… »

(Comment j’te mets plein de références cinématographiques. J’espère que tu les as toutes chouchou.)

Nous sommes le 8 septembre 2018 (cette fois, on assure le coup, on part un samedi !), à 8h, il est temps d’aller louer la voiture ! (Oui, 8h pour la voiture c’est pas mal, c’est toujours 8h l’heure de départ en vrai)

Mais bon, le temps que JJ comprenne comment la boite de vitesses d’une automatique fonctionne (oui, y’a rien de plus simple, mais y’a trop de lettres, et j’avais quand même 600km à conduire avec ! Puis la soirée de la veille avait peut être était un peu trop forte. Fallait assurer le coup !), on décolle à 8h45 direction : Les Bergeronnes !

J’te passe les paysages magnifiques sur la route et les panneaux dont je ne connaissais pas l’existence ? Non, aller, j’te montre c’est sympa tu vas voir :

J’avoue, conduire sur ces routes c’est un plaisir (elles sont pas partout en bon état, et le maximum où tu peux rouler c’est 90km/h, mais ça reste très plaisant ! Y’a qu’à voir le paysage…).

Et on arrive vers 12h30. Petit pic nique (cette fois, pas de grand petit déjeuner, pas de grand déjeuner pris en photos, juste une salade de riz et des chips. Rien de folichon).

On retrouve Marie-Claude et Gilles (nos capitaines, guides, snipers du regard des mers) d’essipit et on file sur le zodiac.
Aussi facilement ? Hahaha, non.

D’abord on enfile nos tenues de lumière.

Alors j’annonce. Apparemment, les baleines ne sont pas timides, pas besoin de jouer à cache cache. Vois plutôt nos tenues :

(Bon, en vrai, il fait 5°C sur l’eau t’es bien content d’être habillé en Minion Bibendum !)

Cette fois c’est la bonne ! On grimpe sur le zodiac.

Alors, nous on a réservé sur le zodiac de 36 personnes, mais tu peux aussi le faire sur celui de 12 (mais dans ce cas là, faut réserver un peu plus à l’avance… Nous j’avoue on a décidé ça un peu au dernier moment…)

Marie-Claude commence à nous raconter un peu ce qu’ils font ici, pourquoi, comment, les bonnes nouvelles et les mauvaises. Elle nous décrit les espèces présentes et comment la faune et flore évolue ici. Encore une personne passionnée comme Simba. J’aime ces gens qui partagent comme ça !

Et puis…

Tiens, un souffle.

Aller P’ti Gilles FONCE !

Pas trop près non plus Gillou… Si aussi près ?

Premier Rorqual commun.

J’sais même pas quoi te dire. C’est épatant, ça coupe le souffle. Tout le monde sur le bateau est admiratif. C’est tellement gracieux quand il plonge… Et dis toi que quand tu les vois (à part si ils décident de faire un saut hors de l’eau, ce qu’on a pas vu malheureusement… Faudra y retourner…) tu vois environ 10% du truc. Et c’est gros quand même… T’es sur Gilles, on reste aussi près ?

 

La baleine plonge, et on continue notre exploration marine.

Y’a 38 regards sur le bateau, prêts à repérer n’importe quel souffle de baleine. T’as déjà vu 38 personnes, presque silencieuses, qui guettent l’eau ?

Gilles crie un petit : Tout le monde ASSIS. Et il trace. Il a dû voir un truc !

 

3 rorquals communs qui s’apprêtent à chasser en groupe !

Quelqu’un qui montre un souffle de l’autre côté du bateau :

 

Oh salut baleine à bosse !

Bon, et si je t’expliquai deux ou trois choses…

Les photos que j’ai prises, pour la plupart, c’est au moment où les baleines plongent. Parce qu’elles sortent plus de l’eau à ce moment là pour prendre de l’élan. Donc le Rorqual commun, quand tu vois la nageoire dorsale c’est qu’il est entrain de plonger, donc après faut attendre jusqu’à 30 minutes pour qu’il remonte respirer ! Pareil pour la baleine à bosse, sauf qu’elle, elle est plus dans le spectacle, elle te montre sa queue. Ce que ne font pas les autres…

 

Entre temps, on a aperçu des phoques, des marsouins, un petit rorqual. Mais là, je n’ai pas de preuves, tu dois me croire sur parole.

Pour le plaisir un moment de plonge de la baleine à bosse ?

C’est tellement gracieux. Elle éclabousse même pas quand elle plonge ! Toi tu plonge, on est d’accord, t’as tout le premier rang trempé ! Elle elle fait 40 tonnes, et elle fait ça propre !

 

On change d’endroit, on s’éloigne un peu des terres… Et on scrute l’océan à la recherche de la mascotte.

Un souffle !

Fausse alerte ! C’est un rorqual commun. Très près quand même chaton !

On entend la radio qui grésille et : Repéré, 2 rorquals bleus… Oulalalaaaaa. On va voir une baleine bleuuuue ! Et apparemment elles sont 2 même ! (sachant que c’est une espèce en voie de disparition, et que dans le Saint Laurent il y en a une dizaine seulement… Tu comprends vite ta chance.)

Alors, la baleine bleue, elle reste pas trop longtemps hors de l’eau, et reste très longtemps sous l’eau. Du coup c’est très rapide.

Clairement, tu vois que c’est gros. Très gros. Mais avec une toute petite nageoire ! Après, personnellement, je n’arrive pas à voir que ça fait 30 mètres de long, et 170 tonnes. Clairement, sur le moment j’trouve ça beau. Mais j’comprends pas très bien ce qu’il se passe sous l’eau !

Ce fût le clou du spectacle ! Après 2h sur l’eau, c’est (déjà) l’heure de rentrer.

Parlons entre nous

En conclusion de cette journée, je peux te dire que c’était magique. Et ça vaut le coup de faire le tour du monde pour voir ça !

Mais si on parle de la journée en Afrique du Sud, elle était, certes sans baleine, mais tout aussi belle… J’étais tellement bien entourée, à rire et à profiter avec des personnes qui étaient vraiment importantes pour moi. Genre vraiment. Même si j’les vois (verrais?) plus. C’est ça qui faut comprendre en vrai : faut profiter tout le temps de chaque instant même si le déroulé ressemble pas tellement au plan de départ. Ta journée, c’est toi qui choisi de la rendre belle…

Sur le bateau je me suis rendue compte à quel point j’avais de la chance. J’étais il y a quelques mois en Afrique du Sud, à caresser des éléphants, observer les lions. Aujourd’hui je suis au Canada, à voir des baleines. Et je n’ai que 23 ans, et ça ne fait que 2 semaines que je suis ici…

Mais ce n’est pas tellement que les animaux hein… C’est vraiment un tout. J’rencontre des gens adorables partout où je vais, je découvre de nouvelles cultures, de nouveaux endroits. Table Mountain en Afrique du Sud, Sigulda en Lettonie, les aurores boréales en Laponie, les grands espaces du Canada, Bali et ses rizières, l’Irlande et son Connemara…

Vraiment je ne peux pas te faire la liste de tout… Pas parce que j’ai vu beaucoup de choses, mais parce que tout est beau… Et que comme une gosse, je m’émerveille de tout… La naïveté de cette personne. (Tu sais quoi ? Regarde la définition de la naïveté avant de passer à la suite : Synonymes : candeur, ingénuité, innocence.  Simplicité naturelle, sans apprêt. Caractère de ce qui décrit, de ce qui représente la réalité telle qu’elle est ou en la simplifiant, sans rechercher d’effet. Voilà, arrête de confondre naïveté et ânerie, parce que ce n’est pas son sens premier.)

Chaton, je ne sais pas si tu te souviens de ma Bucket List. Je n’ai jamais autant coché de choses faites que ces derniers mois. J’vis mon rêve au quotidien. Et heureusement que j’ai ce blog pour tout te dire. Parce que j’avoue c’est pas facile de suivre le rythme avec moi ! Mais si je pouvais, je t’appellerai tous les soirs pour tout te raconter !

Et, j’ai une suggestion … Viens on invente la téléportation.

 

J’espère qu’une seule chose pour toi, que toi aussi tu trouves quelque chose qui t’épanouisse comme le voyage et la découverte le font pour moi. ♥

 

Prends soin de toi. 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *