En vrai, si je te disais un peu plus sur le voyage qui a changé ma vie ?

🇫🇷

Riga.

Ouh mon dieu, ce titre est tellement cliché ! J’ADORE.

Mes pauvres potes en entendent parler à peu près tous les jours non ?

Si tu es curieux de découvrir ma vie là-bas, j’ai une petite vidéo.

 

Je ne ferai pas d’article de voyage à proprement parlé sur ce pays, parce que ça remonte à il y a 2 ans et que rien ne pourra vraiment exprimer correctement ce voyage. Tu sais c’est le genre d’endroit t’arrives, tu te sens chez toi.

Mais pourquoi je pense d’un coup à écrire sur cette ville ? Déjà, elle me manque terriblement ma vie là-bas. Ensuite parce que quotidiennement sur instagram, j’ai des amis qui en parlent (Oui, la magie des réseaux) et surtout, j’ai de nouveau mon ancien téléphone ! Et tu sais quoi ? J’avais mis des mots de « survie » en note, histoire de les avoir tout le temps avec moi.

Tu veux rire ?

J’ai mis les basiques :

Labrīt – Labdien – Labvakar – Paldies – Lūdzu

Mais j’ai mis surtout le MUST de la survie : Vienu alu Lūdzu

Et je n’aime même pas la bière ! Alors tu vois c’est en cas d’extrême nécessité !

Ça n’a été que 10 petites semaines de ma vie, et probablement 10 semaines des plus marquantes.

 

Je parle surtout en ce moment de l’Afrique du Sud, vu que j’en reviens, mais Riga c’est différent. C’était la maison. Tu sais, CPT, quand je partais de la ville, j’étais bien, et revenir n’était pas forcément agréable. Alors que Riga… Je me souviendrai toujours de ce sentiment de bonheur en rentrant d’un week-end à Tallinn, en arrivant à Riga, je me suis dit : Enfin arrivée à la maison. Non meuf, Riga ce n’est pas chez toi ! Et pourtant.

Prima et le 7ème étage, son salon minable, sa cuisine dégueulasse, ses russes désagréables, sa connexion internet inexistante, ses draps léopards, Maskavas Forštate quartier tout pourri et dangereux… Tout, tout était pensé pour détester l’endroit je pense. Pourtant demain on me dit : Riga ? Je saute dans l’avion.

Je n’ai pas fait comme tous les Erasmus, à avoir cours là-bas. Non, j’ai été à l’hôpital, avec les professionnels locaux, les malades, les familles. Ça te change une grande perspective de vie de voir des choses aussi fortes. J’ai découvert une culture, une façon de penser (et panser) totalement différente. J’ai vu des opérations aux méthodes inimaginables en France. J’ai vu la réaction des malades, leur façon de guérir d’eux même. Les personnes malades sont des personnes fragiles, et dans cette fragilité elles te dévoilent tout. Et de là, tu apprends tellement.

La barrière de la langue n’a qu’un impact minime sur une prise en charge de la personne, pas négligeable certes. Par contre, la différence de culture peut tout changer.

J’ai entendu certaines personnes parler de la Lettonie. Alors le pays il est toujours magnifique, en été, en hiver. Mais pour beaucoup, les gens sont fermés, froids, distants. T’es touriste. C’est normal. Essaie de parler plus avec eux, de travailler avec eux, et jamais tu auras des personnes aussi chaleureuses en France.

 

Alors pourquoi ce voyage a changé ma vie ?

Déjà, c’était le premier où j’étais vraiment seule. Première expérience où tu dois te créer un entourage, où tu dois t’adapter, où tu te retrouves face à toi-même en fait. Et c’est surement le voyage où j’ai le plus appris des autres, le plus appris sur moi-même. Sortir de ma petite zone de confort.

Je suis partie avec beaucoup de doutes, d’incertitudes, de manque de confiance. Et même si j’en ai encore aujourd’hui, je me suis prouvé que je pouvais y arriver. Et je t’avoue que je ne serai pas parti à Riga, je n’aurai jamais fait l’Afrique du Sud et je ne me préparerai pas pour le Canada !

J’ai compris que je pouvais atteindre tout ce que je voulais, si je le voulais. J’ai ouvert une perspective et j’y ai découvert une multitude d’autres possibilités !

Je te souhaite de faire ce voyage. Que ce soit à l’étranger ou dans une ville de ton pays, de rencontrer des gens aussi ouverts et généreux comme j’ai eu la chance de côtoyer, d’apprendre autant sur toi, de partager de si belles valeurs avec des gens étrangers.

 

Depuis ce voyage, j’ai la bougeotte.

Pour sûr ! Mais surtout, j’ai l’impression d’être plus humaine, moins futile, c’est une expérience qui m’a ouverte sur le monde. En vrai j’me sens plus riche, plus sûre de moi. Tu sais que je suis quelqu’un de timide ? Marcher dans la rue est une épreuve, parler en public est une difficulté sans précédent. Et pourtant, j’ai l’impression que petit à petit je me déride un peu, que le voyage commence à vaincre ma timidité. J’arrive à être bien plus positive, j’arrive à plus profiter de l’amour de chaque instant. J’ai une tolérance pour autrui bien plus importante, j’ai rencontré des centaines de personnes de couleurs, de nationalités et de religions différentes. J’ai vécu avec eux, ou je les ai juste croisées. Des fois, leurs discours me choquent, et je ne suis pas d’accord, mais qui suis-je pour juger ?  J’ai développé une vision de la culture qui m’est propre, avec des valeurs que je partage avec des personnes de tous horizons. J’suis fière de moi aussi : je m’adapte partout. J’ai pas eu le choix, mais je l’ai fait sans me faire mal. Certains n’y arrivent pas. Moi peut être que j’y arrive trop bien ?

 

Le danger de ce voyage ?

Maintenant, je sais que la fuite est possible, et que j’en suis capable. Je suis seule, il y a un décalage de vie entre mes amis et moi. Ils se casent, se marient, achètent des maisons. Moi mes dépenses les plus importantes sont les billets d’avion. J’ai pas envie de me caser, j’veux faire le tour du monde ! Et je pleure à chaque fois que je quitte des gens et des endroits, parce que je laisse une part de moi. Et si un jour je ne veux plus rentrer pour ne pas avoir encore ce « deuil » à faire ? J’veux faire de ma vie un voyage. J’ai toujours pas réussi à savoir si c’était une bonne chose ou pas dans une société comme la nôtre.

 

Que c’est beau, les voyages
Et le monde nouveau
Qui s’ouvre à nos cerveaux,
Nous fait voir autrement
Et nous chante comment
La vie vaut bien le coup
Malgré tout !

 Les voyages – Barbara

 

Et toi, je t’aime. Merci de partager tout ça avec moi. Prends soin de toi. (Et pars)

 

🇬🇧

Riga.

Ooh my god, this title is so cliché! I JUST LOVE IT.

My dear friends hear about it every day, right?

 

If you’re curious to discover my life there, I have a little video.

 

I will not make a travel article speaking about this country, because it goes back to 2 years ago and my memories aren’t good enough. You know it’s the kind of place you get, you feel at home.

 

But why do I suddenly think of writing about this city? First of all, I miss my life there. Then because every day on Instagram, I have friends who talk about it (Yes, the magic of networks) and most importantly, I have my old phone again! And you know what ? I put « survival » words in it, just to have them all the time with me.

Do you wanna laugh?

I put the basics:

Labrīt – Labdien – Labvakar – Paldies – Lūdzu

 

But I wrote the MOST important : Vienu alu Lūdzu

And I don’t even like beer! So you see it’s in case of extreme necessity!

 

It was only 10 weeks of my life, and probably 10 weeks of the most significant.

 

I’m talking mostly about South Africa right now, because I’m just coming back, but Riga is different. It was Home. You know, CPT, when I left the city, I was fine, and coming back was not really pleasant. But Riga … I will always remember this feeling of happiness when I returned from a weekend in Tallinn, arriving in Riga, I thought: Finally arrived at home.

Prima and the 7th floor, its shabby living room, disgusting kitchen, unpleasant Russians, non-existent internet connection, leopard bedsheets, Maskavas Forštate neighborhood all rotten and dangerous … Everything, everything was thought to hate the place. Yet if tomorrow I am told : Riga? I jump on the plane without second thoughts.

 

I didn’t do like all Erasmus students, to have course there. I did an internship. I went to the hospital, with the nurses, the sick people, the families. It changes your life perspective to see things so strong. I discovered a culture, a way of thinking (and heal) totally different. I have seen operations with methods which are unimaginable in France. I saw the reaction of the sick people, their way of healing themselves. The sick people are fragile, and in this fragility they reveal everything to you. And you learn so much.

 

The language barrier has only a minimal impact on the care of the person, not insignificant of course. Contrariwise, the difference of culture can change everything and you need to adapt.

 

I heard some people talk about Latvia. Everybody says “the country is beautiful”, in summer, in winter. But for many, people are closed, cold, distant. You’re a tourist. It’s normal. Try to talk more with them, to work with them, and you will never have such generous people in France.

 

So why did this trip change my life?

Already, it was the first one where I was really alone. First experience where you have to create new friendships, where you have to adapt, where you are really alone. And this is probably the trip where I learned the most from others, where I learned the most about myself. Get out of my little comfort zone.

 

I wznt there with many doubts, uncertainties, lack of confidence. And even if I still have it today, I proved myself that I could do it. And it’s was the first step to go to South Africa and Canada!

 

I realized that I could achieve everything I wanted, if I wanted to. I opened a perspective and discovered a multitude of other possibilities!

 

I wish you to make this trip. Be abroad or in a city in your country, to meet people as open and generous as I had the chance to know, to learn so much about you, to share such beautiful values ​​with foreign people .

 

 Since this trip, I have the wanderlust.

For sure ! But above all, I feel more human, less trivial (if I can say), it’s an experience that opened me to the world. In truth I feel richer, more confident. Do you know I’m shy? Walking in the street is a test, speaking in public is an unprecedented difficulty. And yet, I have the impression that little by little the journey begins to overcome my shyness.

I can be much more positive, I can more enjoy the love and happiness of each moment. I have a more important tolerance for others, I met hundreds of people of different colors, nationalities and religions. I lived with them, or I just crossed them. Sometimes their speeches shock me, and I do not agree, but who am I to judge? I have developed values ​​that I share with people from all over the world. I’m proud of myself: I adapt everywhere. I didn’t have a choice, but I did it without hurting myself. Some do not succeed. Maybe I’m doing it too well?

 

The danger of this trip?

Now, I know that escape is possible, and that I am capable of it.

Also, I am alone, there is a gap of life between my friends and me. They get married, buy houses, talk about kids.

My biggest expenses are plane tickets. I do not want to settle, I want to go around the world!

And I cry every time I leave people and places, because I leave a part of myself. And if one day I do not want to go back to not have this « mourning« again? I want to make my life a journey. I still did not know if it was a good thing or not in a society like ours.

 

Eh you ! I love you. Thank you for sharing everything with me ! Take care ok ? (and travel).

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *